Digital Diplomacy

Digital Diplomacy
*2012 Création du Hub, from Paris, France. By Morgane BRAVO, President & Founder. *Avocat de formation, études & expérience Diplomatique...* Passionnée du Web depuis 1998. *Morgane BRAVO, from Paris, France. She's graduate Lawyer and have a Master’s degree in Diplomacy & Political Science...Diplomatic experience.

lundi 22 octobre 2012

*Digital Diplomacy: A New Frontier Of Diplomacy or Simply a Delusion?...*

Digital Diplomacy: A New Frontier
By Victoria Esser

"In June, the US Department of State held a live global Twitter Q&A with the Under Secretary of State for Public Affairs and Public Diplomacy, Tara Sonenshine. Under Secretary Sonenshine answered questions on issues as diverse as human rights in
 China, violence in Syria and exchange programs with Pakistan, Russia and NATO; 
and she reached a global audience of 16 million people in nine languages, including Chinese, Arabic, Hindi and Farsi. 

This example is just one illustration of how technology has enabled many people

 around the world to have a more direct and real-time voice in policy conversations
 with their governments and with each other. 

Secretary of State Hillary Rodham Clinton saw early on that we needed a 
diplomatic 
answer to the increasingly digital world in which we live. She has made “21st 
Century Statecraft,” or the adoption of technology and innovation in the service
 of our 
foreign policy goals, a key part of the United States’ foreign policy agenda. 
Before 
the pervasive use of social media, diplomacy seemed to many to take place 
behind 
closed doors, or seemed to be not always such a public event, often limited to 
diplomats meeting in person with groups of private citizens. 21st Century 
Statecraft has given the public new ways to access American diplomacy 
and diplomats. 

As a result of this, we at the State Department have embraced digital diplomacy. 

Not because it’s new or cool, but because it helps to make US diplomatic efforts 
more effective in three ways — understanding people and events more deeply; 
sharing information in real time and on a global scale; and directly engaging with 
citizens around the world. 

Our ambassador to Thailand, Kristie Kenney, for example, uses Twitter daily to give 

her followers behind-the-scenes access to her meetings with the Thai government
 and 
key leaders in Thai society — access that was once only afforded to the powerful 
and 
well connected. Her personal blog on Tumblr, “It’s me, Kristie,” covers policy issues
 but 
is also full of stories and photos of her travels throughout Thailand, and posts are in English and Thai. Engagement like this affords our ambassadors a deeper 
understanding of the perspective of people from across the country in which they are based because of the informal, virtual setting and by eliminating physical distances. 

Digital diplomacy also enables the US to share information on an unprecedented 

scale. When the disastrous tsunami hit northern Japan in 2011, our ambassador to 
Japan, John Roos, used his Twitter account to keep American and Japanese 
citizens apprised of breaking news and safety advisories. 

As Ambassador Roos’ tweets became a primary conduit of authoritative information,

 his Twitter followers quadrupled to over 42,000 and his messages reached the
 99.99th percentile globally in frequency of “re-tweets.” Before the advent of 
social media, reaching such large swaths of a population in real time would 
not have been possible, but social media enabled Ambassador Roos and the 
US Embassy in Tokyo to help calm an anxious population clamoring for timely 
and accurate information. 

But more than informing people, digital diplomacy enables American diplomats 

to engage with people around the world on a macro and micro scale. For instance,
 our ambassador to the Republic of Korea, Sung Kim, has developed unique ways
 of interacting with his audience. In addition to his weekly blog, he hosts “Ask the Ambassador,” in which he personally responds twice a month via YouTube to 
questions submitted to the embassy through platforms like Facebook, Twitter 
and Me2Day. 

In addition, the State Department has held more than 20 virtual press conferences 

over the past year, connecting journalists and bloggers all over the world with top Department officials using state-of–the-art digital technology. Since its debut in J
uly 2011, the forum — called LiveAtState — has had participation from journalists 
and bloggers who might never otherwise be able to interact with a senior Department official. 

For example, Director of Policy Planning Jake Sullivan participated last year in a LiveAtState to discuss US policy toward Asia, with more than 30 journalists from 

Asia-Pacific nations including China, Singapore, the Republic of Korea and Japan. 
Topics discussed included North Korea, the Trans-Pacific Partnership, and Secretary Clinton’s travel to Burma, and the forum presented the opportunity to further explain 
our Asia-Pacific policies and amplify one of the Secretary’s strategic priorities: 
re-focusing on the region with “forward-deployed” diplomacy. 

To be clear, digital diplomacy is not a replacement for face-to-face diplomacy, but 

rather a complement to it. As is the case with traditional shoe-leather diplomacy, relationships that begin online must be nurtured away from computers, through 
real-world interactions. For example, Embassy Phnom Penh in Cambodia invited its Facebook fans who correctly answered an environmental quiz to a screening of 
the movie An Inconvenient Truth, to celebrate Earth Day. And when the Embassy’s Facebook page reached 30,000 fans, two fans were selected through a random 
draw to tour the visiting naval ship USNS Mercy. Digital diplomacy is a means to 
start relationships and to continue them over time when face-to-face interactions 
are not always possible. 

But time and distance are not the only things preventing face-to-face conversations 

from taking place. In many parts of the world, media is still tightly controlled, and 
candid discussion of certain issues remains prohibited. Digital diplomacy gives us
 tools to have honest, open conversations about a wide variety of topics, even in
 restrictive environments. In Laos, for example, where newspapers, TV, and radio 
are all controlled by the government, Embassy Vientiane’s Facebook page has 
become a platform for Lao people to voice their opinions about human rights, environmental degradation, corruption and other sensitive topics. Sometimes 
these discussions in the online world have led to groundbreaking action in the 
real world, such as when activists who had seen and commented on Embassy
 Facebook posts regarding gay rights organized the first Pride event in Laos’ 
history. 

It is therefore important to recognize that the Internet, the basis for digital 

diplomacy, is value-neutral. Some governments use technology to curtail 
freedom of expression and block political content, or to overwhelm movements 
facilitated by social media through brute force. 

That’s why the US is calling for governments and people worldwide to join with 

us in making choices that preserve the openness, freedom and security of the
 Internet so that it can continue to be an engine for ideas, innovation, and a 
catalyst for economic growth. 

It’s also why the State Department, together with USAID, will have issued over 

$100 million in grants by the end of this year in funding to support access to 
information and secure communications on the Internet and mobile devices. 

While not a panacea or a replacement for face-to-face diplomacy, connection 

technology has had a tremendously democratizing effect on information and 
influence; and on the ability to reach people on a global scale, yet also on a 
one-on-one basis. In so doing, digital diplomacy creates a space unburdened 
by custom, bureaucracy or physical distance, a space without borders or 
boundaries — and a space that cannot be ignored as an important part of 
the diplomatic toolkit of the 21st century to be employed long into the future. 

Victoria Esser is Deputy Assistant Secretary for Digital Strategy, US Department of State". http://www.globalasia.org/V7N3_Fall_2012/Victoria_Esser.html



dimanche 21 octobre 2012

*EuroPCom Closure Session, Intervention by Neelie Kroes, Committee of the Regions...*


Commissioner in charge of the Digital Agenda Neelie Kroes.
In a speech at the Committee of the Regions, as part of the European Conference on Public Communication (EuroPCom), organized by the CoR with the support of the EU Council, Commission, Parliament and the Cyprus Presidency, on Thursday 18 October.

Link :

mardi 16 octobre 2012

*FRANCE : Diplomatie numérique pour les autorités locales*


« Diplomatie numérique pour les autorités locales » : des outils innovants au service de la coopération décentralisée
"Le projet « Diplomatie numérique pour les autorités locales » a été initié par la Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales en 2008 dans le cadre de la Commission nationale de la coopération décentralisée. Inauguré en septembre 2009, il offre à tous les acteurs de la coopération décentralisée des outils innovants et des e-services pratiques au service de leurs échanges internationaux. Ces nouveaux outils permettent d’une part de mieux informer l’ensemble des acteurs : collectivités territoriales, associations d’élus, réseaux régionaux, ONGs, préfectures, ambassades, ministères et entreprises. Ils permettent d’autre part de contribuer à une plus grande coordination et une meilleure mutualisation des coopérations menées.
Une rubrique réservée à la coopération décentralisée sur France diplomatie
Tous les outils développés dans le cadre du projet « Diplomatie numérique pour les autorités locales » sont regroupés au sein de la rubrique réservée à la coopération décentralisée sur FranceDiplomatie.
Cette rubrique, réalisée en interministériel et à l’attention de nombreux opérateurs et partenaires, permet de mieux informer l’ensemble des acteurs de la coopération décentralisée. Elle propose des rendez-vous mensuels d’information : témoignages d’ambassadeurs et d’élus, zoom sur un pays et ses coopérations décentralisées, focus sur des bonnes pratiques de la coopération décentralisée…
Elle répond tout d’abord aux exigences de visibilité et de lisibilité des actions menées à l’international par les collectivités territoriales. Elle répond ensuite à la nécessité d’améliorer la cohérence de la réponse française aux enjeux globaux, dans le respect de l’autonomie de gestion des collectivités territoriales, tout en recherchant, dans la concertation et dans le travail en réseau, une meilleure efficacité et une plus grande coordination. Outil fiable d’informations, il vise à une meilleure connaissance de la coopération décentralisée. En offrant des outils numériquesinnovants, il constitue un véritable outil de travail, d’échanges et de mutualisation.
Dématérialisation des démarches administratives : téléprocédures et télédéclarations
Quatre téléprocédures facilitent les démarches administratives des collectivités territoriales et permettent de disposer de données plus fiables tout en contribuant à une meilleure prise en compte et une plus grande coordination de l’action internationale de la France.
- Téléprocédures à l’attention des collectivités territoriales
Deux télédéclarations permettent aux collectivités territoriales de mettre à jour en ligne l’Atlas français de la coopération décentralisée et de télédéclarer leur Aide publique au développement.
Cette télédéclaration annuelle (e-APD) des montants alloués ou versés dans le cadre de projets menés dans des pays en développement ou au bénéfice d’organisations internationales multilatérales est menée dans le cadre de l’enquête menée par la Direction générale du Trésor et de la politique économique au ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi et par l’OCDE. La France est le seul Etat membre de l’OCDE à avoir fait le choix d’une dématérialisation de cette procédure financière.
- Téléprocédures à l’attention des ambassades de France
Deux téléprocédures permettent aux postes diplomatiques de mettre à jour en ligne l’Atlas français de la coopération décentralisée (parallèlement aux collectivités territoriales) et de recenser des projets menés par des collectivités locales de tous nos pays partenaires en vue d’une inscription dans la Bourse-projets de la coopération décentralisée.
Refonte des procédures financières : dématérialisation complète de la procédure de dépôt et d’instruction des dossiers
Depuis 2009, les dossiers de demandes de cofinancement dans le cadre de nos appels à projets annuels sont déposés en ligne dans un espace dédié qui permet la dématérialisation complète de la procédure de dépôt et d’instruction. Réalisée en interministériel, cette dématérialisation permet d’impliquer l’ensemble des acteurs de la coopération décentralisée, y compris tous les corps de l’Etat, dans les décisions de cofinancement et le suivi des dossiers financés par le ministère des Affaires étrangères.
Chaque internaute doit disposer d’un identifiant et d’un mot de passe personnel qui lui permet de se connecter dans son espace au sein de l’Extranet de la CNCD et de déposer ou consulter les dossiers. Pour chaque dossier déposé, les ambassades, les préfectures, les administrations d’Etat et les opérateurs peuvent émettre leurs avis en ligne et consulter l’ensemble des dossiers déposés. Les collectivités territoriales, les préfectures et les ambassades disposent ainsi d’un accès personnel à un espace dédié au dépôt et à la gestion en ligne des appels à projet.
Après dépôt de leur dossier, cet espace permet à l’ensemble des acteurs de suivre en temps réel l’évolution des demandes de cofinancement (consultation du dossier, historique, avis, décision finale).
Plus transparente et plus souple, cette dématérialisation complète est également plus efficace en termes de management et plus respectueuse de l’environnement (avec disparition des nombreuses impressions liés aux dépôts des dossiers en format papier).
Bénéficier d’un état des lieux cartographique des coopérations décentralisées : l’Atlas français de la coopération décentralisée
L’Atlas français de la coopération décentralisée recense de manière cartographique tous les projets de coopération décentralisée (y compris les jumelages) menés par les collectivités territoriales françaises. Vitrine pour les collectivités territoriales, il constitue un véritable outil au service de la mutualisation et des synergies. 4756 collectivités territoriales menant plus de 12.000 projets de coopération décentralisée dans 140 pays ont été répertoriés.
Cet Atlas, version mise à jour, améliorée et cartographique de l’ancienne base de données de la coopération décentralisée, constitue un instrument au service de la cohérence et de l’efficacité des actions extérieures des collectivités locales et des établissements publics de coopération intercommunale conformément aux orientations adoptées par la Commission nationale de la coopération décentralisée.
Outil de travail et de mise en réseau, l’Atlas français de la coopération décentralisée propose une cartographie précise de l’ensemble des coopérations décentralisées ainsi que de nombreux e-services dans le cadre de l’espace professionnel réservé : l’Extranet « CNCD à la carte ». Chaque projet fait l’objet d’une fiche détaillée et d’une cartographie en France et dans le pays partenaire.
L’internaute bénéficie par ailleurs de nombreux e-services personnalisés :
- Mise à jour en ligne multi-acteurs et interministérielle des données (collectivités territoriales, préfectures, ambassades, ministères et opérateurs)
- Composer des albums personnalisés en sélectionnant des cartes issues de notre Atlas de la coopération décentralisée que vous souhaitez conserver et que vous pourrez enregistrer dans votre espace personnel au fil de vos recherches. Dés qu’une carte à l’écran vous intéresse, vous pouvez cliquer sur « Enregistrer cette carte dans mon espace personnel ». Vous pourrez ensuite consulter et gérer ces cartes à chaque instant.
- Conserver en format pdf les extractions de données que vous aurez effectuées dans l’Atlas de la coopération décentralisée à partir de notre moteur de recherche. Après avoir cliqué sur « Recherche avancée » dans notre Atlas, vous pourrez cliquer sur « Exporter les résultats en pdf ». Vous pourrez ainsi enregistrer et consulter à chaque instant vos résultats de recherche en pdf dans votre espace personnel. Vous pourrez même les adresser par courriel à un ami.
Cet Atlas est adossé à l’Atlas européen des jumelages et coopérations, mis en ligne par la Commission européenne en mai 2010 comme annoncé lors des Journées européennes du développement de 2008 et suite aux conclusions du Conseil suite à la Communication de la Communication sur les autorités locales dans la coopération au développement. La France est le seul Etat membre de l’Union européenne à disposer à ce jour d’un tel outil.
Recenser la demande dans nos pays partenaires : la Bourse-projets de la coopération décentralisée
La Bourse-projet présente, de manière cartographique, des projets concrets de collectivités locales étrangères en recherche d’une collectivité partenaire française.
Elle a pour objectif de mettre en relation des collectivités territoriales françaises et étrangères à partir de projets concrets. Elle recense donc dans nos pays partenaires des projets de développement local (développement urbain, patrimoine, développement durable, services publics locaux, eau et assainissement, culture, éducation, santé…) qui peuvent intéresser des collectivités territoriales françaises.
Ce nouvel outil offre l’opportunité aux collectivités qui le souhaitent de présenter une demande de partenariat pour des projets de développement précis, dans le cadre de la coopération décentralisée (partenariat entre collectivités territoriales). L’inscription de projets dans la Bourse-projets n’implique pas toutefois de financement du ministère des Affaires étrangères.
La France est le seul pays membre de l’Union européenne à disposer d’une Bourse de la coopération décentralisée. Elle sera prochainement adossée au projet de « Bourse européenne de la coopération décentralisée » de la Commission européenne, comme annoncée par le Commissaire Louis Michel aux Journées européennes du développement 2008.
Offrir des services personnalisés : l’Extranet « CNCD à la carte »
L’Extranet de la Commission nationale de la coopération décentralisée « CNCD à la carte » sur France Diplomatie vous permet de bénéficier d’informations exclusives et met à votre disposition toute une série de services et d’outils qui vous sont strictement réservés. L’Extranet de la CNCD est réservé aux acteurs de la coopération décentralisée : ambassades, collectivités territoriales, associations nationales d’élus, associations internationales d’élus, réseaux régionaux, ONGs, ministères et opérateurs, préfectures et entreprises.
Les collectivités territoriales pourront notamment télédéclarer leur APD annuelle, déposer en ligne leurs demandes de cofinancement et mettre à jour les coopérations internationales qu’elles mènent.
Plateforme Coopération et tourisme responsable : le 2.0 au service du développement territorial
Sous l’égide de la Commission nationale de la coopération décentralisée, la déclaration d’intention de partenariat signée en juin 2008 entre plusieurs ministères et institutions a donné naissance à une plateforme 2.0 « Coopération et tourisme responsable ». Site interactif et collaboratif au service des acteurs intéressés par l’approche tourisme responsable, cette plateforme en ligne est un outil dédié au partage d’informations et d’expériences. Elle a été officiellement lancée le 28 avril 2009 au siège de Cités Unies France".


dimanche 14 octobre 2012

*Interview : Mme. Lydia MADERO, Observateur Permanent du Mexique auprès du CoE*


  
Interview de Mme Lydia MADERO, Observateur Permanent du Mexique auprès du Conseil de l'Europe, par Morgane BRAVO.
#CoE_WFD : Forum Mondial de la Démocratie, du 5 au 11 octobre 2012, au Conseil de l'Europe à Strasbourg.


 *1er. RDV :
du HUB "Digital Diplomacy" "Diplomatie Numérique" by Morgane BRAVO...*

lundi 8 octobre 2012

*Bernard Cazeneuve : la démocratie n'est pas un modèle figé, elle se réin...*


08/1072012 - 
Discours de M. Bernard Cazeneuve, ministre délégué chargé des Affaires européennes de la France, lors du Forum mondial de la Démocratie (Strasbourg, 5-11 Octobre 2012).

*Ban Ki-moon: thirst for dignity is today pressing and universal*


08/10/2012 - 
Speaking at the opening of the Word Democracy Forum (Strasbourg, 5-11 October 2012), United Nations Secretary General Ban Ki-moon said that there is a pressing thirst of dignity throughout the world following the demands for democracy in North Africa, the Middle East and beyond in the last two years.

He called for a political compromise to be found in Syria. "Our objective is to create the adequate conditions for a credible political transition that meets the legitimate aspirations of the people and ensures the same rights to all Syrians," he added.

*Thorbjørn Jagland: "Democracy is a guarantor of progress and prosperity"*



08/10/2012 - 
Official opening of the World Forum for Democracy by the Secretary General of the Council of Europe, Mr Thorbjørn Jagland. (World Forum for Democracy, Strasbourg, 5-11 October 2012).

World Forum for Democracy website:

http://hub.coe.int/en/web/coe-portal/press/newsroom?p_p_id=newsroom&_news...